A NOS "DISPARUS"


A nos disparus de l'hypokhâgne.
Fauchés dans l'exercice de leur devoir, interrompus dans leur glorieuse envolée par une chute abrupte et impromptue, ils restent avec nous dans nos coeurs

Qu'ils reposent en paix à la Fac, mais qu'ils daignent nous attendre patiemment au fond leur tombeau - nous arrivons!


VOUS AUSSI, VOUS VOULEZ COMPOSER UNE EPITAPHE?
VOUS ETES UN DISPARU QUI DESIRE TEMOIGNER?

Rien de plus simple!
Envoyez vos quelques lignes, le nom du disparu auquel vous rendez hommage et votre nom ou votre pseudo à cette adresse


Règles:
- Le nombre d'épitaphes par "disparu" est illimité (tant que ya des candidats...)
- L'auteur de l'épitaphe peut lui aussi être un "disparu".
- Un "disparu" est un Hypokhâgne ayant quitté la prépa, soit en cours de route, soit à la fin de l'année. Par extension nous accepterons également les épitaphes des hypos ayant explicitement fait le choix de la Fac.
- L'épitaphe ne doit pas être dégradante, insultante ou méchante d'une façon ou d'une autre envers le "disparu". Aucun message suspect ne sera publié.
- Un "disparu", s'il trouve que le texte lui porte préjudice, a bien entendu le droit de le faire sauter.


Année 2002-2003


LSA

Julien Kohlmann

Sa taille était inversement proportionnelle à son esprit perçant. Ne vous arrêtez-pas à sa blondeur: ce serait faire injustice à un esprit qui n'avait d'égal que la largeur de son sourire. Et s'il s'était agit de prendre la mesure de l'homme, paradoxalement, bien peu dans les faits seraient arrivés à sa hauteur. (AJ)

 

LSB

Pauline Chaigne

En effet, elle aussi fait partie des disparus. Elle nous a quittés pour de plus heureux jours à la fac de lettres modernes, qu'elle illumine aujourd'hui de son joli sourire. Depuis que notre chère crémière est partie, la khâgne ressemble à un gruyère, elle est pleine du vide de notre Paulinette. Elle avait fondu sur nos vies comme de la raclette dorée et embaumé les journées des LSB. Le temps libre qui incombe fatalement à la vie de ces feignasses de facards lui permet de mieux se consacrer à la flûte, dont elle joue magnifiquement. Beaucoup d'entre nous l'aurons constaté lors du concert qu'elle donna avec son trio Toccato où nous t'encourageâmes avec ferveur. T'es la meilleure Pauline! (A.G.)

Audrey Prévôtel

A la mémoire d'Audrey Prévôtel
Petite blonde aux yeux bleus, Audrey pourrait être l'archétype de la Barbie post-moderne mais il n'en est rien. Tel un Mystère de Miko, elle illumine son entourage quand on touche au coeur de la cible... Mais Audrey, étoile parmi les étoiles, pourquoi nous as-tu quittés à l'aube d'une 2eme année brillante et aisée? Ton tempérament en a marqué plus d'un (moi le premier) et aujourd'hui, je ressens un grand vide dans la force. Mais, ta lumière nous éclaire toujours et tes visites dans notre Sanitarium occupent les soirées des quelques internés séniles et décrépis. Non, Audrey n'est pas une stupide blonde: dans ses yeux brillent la flamme de la Raison! (J.P.)

Benjamin Lavernhe

Le regard fou d'un homme traqué, le regard doux du poilu pilonné, le regard blême du géant couillonné, Benjamin Lavernhe était tout cela à la fois - c'était Benjamin Lavernhe, un nom qui impose le silence et le respect- cela ne se décrit pas, cela se chante. Toujours nous l'aimons, et tout est beau, comme dirait son pote Anthonin. (AJ)

Henri Lacour

Snob ayant préféré Sciences-Po à l'ENS, il n'en reste pas moins, lui et sa beaufferie chauviniste légendaire, pleuré et regretté. Pensez à Henri chaque fois que vous mordrez dans votre Big Mac ou que vous chausserez vos Nike: profitez-en, parce que c'est pas avec des mecs comme lui au pouvoir que ça va durer!
Témoignage de J.P.: "Avec lui, j'ai perdu plus qu'un maître: une mère". Pour le célébrer, buvons tous une Vodka-Coca à sa gloire. (AJ)

Olivier Laffargue

Au regard lointain perdu entre son Gaffiot et son pot de Nutella, au regard d'acier qui martellait le macadam camillois comme une vache regarde son pré, il restera, selon l'expression consacrée et déposée de S.L., le stupide blond de nos coeurs. Mes amis pleurons cette tige de fer dont la bonhommie d'esprit ne cachait que difficilement son déséquilibre flagrant en cholestérol. (AJ)

Raouf Missoum

Les Djebels n'avaient pas eu raison de lui - la philosophie lui coupa pourtant les ailes. Lumineux malgré son teint mat, bien coiffé malgré le naturel bouclé et frisé de ses cheveux, il restera, plus que le parangon d'un esthétisme hypokhâgnal, et comme pour paraphraser un grand chef sioux dont j'ai égaré le nom, mais qui en peau-rouge appréciait tout ce qui était contraire aux idées des visages-pâles, "Schnouf, l'homme gris qui amène le danger rouge". (AJ)

Jérémie Pottier-Grosman

Comme la toile de son tout nouveau parapluie qu'il avait acheté le matin même, un jour venteux d'un automne aux airs d'agonie, il nous a violemment quitté à la mi-Juin tel une rafale qu'on aurait trop longtemps gardé captive. Plutôt que d'aller courir tout nu dans les champs de fraisiers, tel un fou sur sa colline, il a préféré rejoindre la Fac d'histoire où, patiemment, il prépare la révolution avec d'autres conspirateurs bobo-gauchisants. (AJ)