LA FAC: EN DIRECT DE LA RESISTANCE!


Les ex-prépa de Camille sur le front de la contestation!

Texte de Olivier, commentaires dégradants de AJ

 

Nous sommes nous aussi en plein milieu de la guerre contre l'intelligence, ici, à Poitiers. En effet cela fait plus de trois semaines que les facs de lettres, langues, sport font grève pour protester contre les suppressions de postes au CAPES ; non seulement parce que la plupart d'entre nous comptent devenir professeurs, mais aussi parce que la plupart d'entre nous comptent avoir des enfants et ne pas vivre dans un pays orwellien. Si notre ville a été le fer de lance de ce mouvement qui commence à peine à se développer au niveau national, nous n'en rencontrons pas moins les difficultés entraînées par un individualisme forcené encouragé par les autorités menant la majorité des étudiants, et des gens qui ont entendu parler de la contestation (qui est étouffée médiatiquement depuis ses débuts), à raisonner en ces termes : "c'est bien, c'est une cause juste, battez vous pendant que j'irai en cours" ou bien " allez donc travailler !".

Nous avons donc essuyé avec difficulté à travers nos actions le mépris et les insultes des gens que nous défendons. Bien sûr il y eut une progression dans la contestation de la contestation : Nos premières actions étaient symboliques, et nous rassemblions facilement un millier de personnes pour défiler joyeusement en chantant au soleil, ou bien s'enchaîner au rectorat. Seulement face à l'inefficacité de ces manifestations, en réaction à la carence médiatique qui nous affaiblit, depuis la fin des vacances nous avons commencé à monter des actions un peu plus "musclées", c'est à dire que les ceux qui nous regardaient avec amusement ou bien nous soutenaient avec implication ont commencé à râler, puisque nous mettions leur quotidien dans des difficultés insurmontables...

Ainsi en bloquant un péage ou le plus gros rond-point de Poitiers aux heures de pointe, en envahissant les voies de la gare, en investissant un match de volley et surtout en prenant en otage la faculté de lettres et langues mise sans dessus-dessous et empêchant ainsi tout cours, nous avons pris conscience d'une réalité difficile à gérer en temps de grève : les gens sont des moutons individualistes. Nous avons du mal aujourd'hui à rassembler autant de personnes qu'au début, mais nous arriverons peut-être avec force persistance et invitations au dialogue à briser le carcan des intérêts personnels et de la courte-vue. Car aujourd'hui nous pouvons enfin être pris au sérieux, grâce à la multiplication soudaine des mouvements étudiants à la suite de Poitiers, grâce aux multiples pétitions lancées contre la machine dévastatrice de l'UMP, grâce au mécontentement croissant de toutes catégories sociales. Il faut continuer à se battre, et, pour réparer une erreur datant de deux ans, il faut surtout aller voter.

Pour plus d'informations ou pour des commentaires, contactez l'auteur!

 

CLIQUEZ SUR LES PHOTOS POUR LES AGRANDIR

 


14 MARS 2004


En haut à gauche, le king of ze World du moment (il est beau hein? C'est qu'on les élève au bon grain fermier en LSB)

La grosse manif' à droite, avec dans le cortège des Khâgneuses de cette année (à vous de les trouver - un indice: c'est les plus belles) qui accompagnent Claire (ex-LSA), Amélie (ex-LSA), Julien (ex-LSA) et Samuel (ex-LSA 2001-2002) dans leur lutte pour la justice universitaire. Si c'est pas beau ça!

 

 

La séance de sitting au rectorat

Avec à gauche les préparatifs (centre-gauche Marie-Aline, ex-LSA, et centre-droit Céline, ex-LSA, ont fait le plein de munitions)
Classe le sac Zara pour trimballer du p-cul, Céline!

A droite une vue d'ensemble de l'évènement - à gauche la moitié du visage (qui n'en reste pas moins joli) d'Amélie (ex-LSA), au centre Céline la tête dans les épaules et au fond, en train de se faire interviewer, Samuel en grand leader.

 

En direct du sitting:

Sur la photo de gauche, Céline (sur la droite),
le regard grave des grands soirs.
Sur la photo du centre, Amélie au tout premier plan sur la droite (celle qui semble en pleine méditation).
Sur la photo de droite, Jeanne (ex-Khâgne) avec le regard de l'étudiante à qui on voudrait voler son avenir!

 


07 MARS 2004


 

Photos des barricades!

Nos camarades de la Fac utilisent la manière forte pour interdire l'accès au cours.
No Pasaran, c'est le moins qu'on puisse dire!

 

Sur la photo de gauche, un des QG de crise de l'opération.

Sur la photo du centre, Laura, ex-LSB, se concerte avec son équipe.

Tandis que sur la photo de droite, Olivier (le nudiste le plus à droite de l'image) paye de sa personne sur le front en servant d'épouvantail vivant - c'est aussi efficace que la plus massive des barricades!
Certes, Olivier maintient que ce n'était qu'une course de chaises à poil - admettons. Mais ne nous laissons pas aller à refuser à ce grand modeste toute la gloire qui lui revient, dans cette expérience aussi unique que courageuse!

 

 

Claire (ex-LSA) à la pointe du mouvement!

Sur la première photo, elle est sur la gauche de la pancarte.
Sur la photo du centre, elle rallie les troupes. Rhaaa quelle femme des temps modernes n'est-ce pas?
Sur la photo de droite, on la voit en compagnie (de droite à gauche) de Pauline (ex-LSB), Amélie (ex-LSA) et Charlotte (ex-Khâgne).

 

Ici Julien Kohlman (ex-LSA) tourne obstinément la tête à l'appareil photo. On le retrouve sur la photo de gauche en bleu au premier plan (le blond), avec sur sa droite Amélie qui tient une pancarte. Sur la photo de droite, le voici juste derrière Claire devant les portes du rectorat.